Attention aux vieilles dames !

On est samedi et ce soir c’est soirée disco ! Charlotte organise un apéro chez elle avant d’aller s’épuiser en boite. Ma fonction première, c’est le retard, j’arrive donc chez Charlotte à l’heure du départ. Formidable ! Mon verre me passe sous le nez ! En revanche, pour des questions d’organisation, ou surtout pour éviter aux autres de prendre un taxi, je dois me transformer en chauffeur pour la soirée et ça, pour le coup, je n’en suis pas privée. En deux temps trois mouvements, me voilà donc partie, la voiture envahie de quatre personnes qui ignorent encore qu’elles n’oublieront jamais ce trajet. Et ce, pour une raison totalement extérieure au confort minimaliste à l’arrière. Détail qui a son importance, mon père m’a prêté son pot de yaourt, une Mini Austin série Balmoral de 1995, la même que la British Open mais avec l’intérieur écossais. La mascotte de mes amis !

C’est parti, let’s dance ! J’enclenche la seconde et me retrouve avenue Mozart. Etes-vous sans savoir, chers automobilistes, qu’il existe à Paris des rues à sens unique, certes, mais à double voie ? Vous me suivez ? C’est le cas de l’avenue Mozart ! Je veux bien admettre un éventuel et très léger excès de vitesse. Mais, quoiqu’il en soit, avec ma voiture aucun risque d’excéder 55km/h, grand maximum 60km/h. Soudain, j’aperçois un taxi arrêté sur la file de droite. Je déboite logiquement vers la gauche, et alors que le nez de ma voiture est à la hauteur du coffre du taxi, une femme aux cheveux grisonnants surgit du véhicule, s’offrant, vulnérable, aux roues de ma voiture ! J’appuie frénétiquement sur la pédale de frein, mais trop tard : BOUM ! J’ai déjà tapé dans la vielle dame ! Tour de voltige, elle atterrit 5 m plus loin, le saut est impressionnant et le choc sur la voiture violent. Pour couronner le tout, la chaussée est mouillée et me voilà terminant la prestation par un magnifique aquaplaning ! Je glisse, je glisse et… miracle, je m’arrête à 50 cm de la tête ma victime. Manifestement, elle est sonnée, et moi donc ! En une seconde, mon corps est passé à l’état de « chamallow », sans un muscle, les membres tremblant et l’esprit embué ! « J’ai rêvé, c’est sûr. Ca n’a pas pu m’arriver ! J’abîme les carrosseries, mais les gens sûrement pas ! « 

Je reprends finalement un soupçon d’esprit, juste assez pour me dire qu’il va falloir que je sorte de la voiture pour vérifier l’état de la femme allongée à côté de mes roues. Une jambe dehors, deux jambes dehors, c’est bon, mes jambes semblent me soutenir… c’est juste, mais ça devrait me permettre de marcher jusqu’au corps. En me dirigeant tant bien que mal vers la dame que j’ai écrasée, je hurle à Alix, une des heureuses passagères de ma voiture : « Occupe-toi de déplacer l’Austin! » Paniquée elle ne fait que caler mais je ne m’en occupe déjà plus : je dois me concentrer sur ma pauvre victime. Les genoux qui claquent et les mains derrière le dos, je me penche sans même plier les jambes et lui demande: « Ca va Madame ? » Ri-di-cu-le ! Elle est au sol, dans les vapes, incapable de me répondre et probablement ni même de m’entendre, donc, non, évidemment, ça ne va pas ! Et, là ce n’est plus la panique, c’est l’épouvante ! J’ai fait tout ce que je pouvais faire, maintenant je suis à court d’idée. Je suis tellement sous le choc ! Ce n’est clairement pas le moment de ma vie où mon cerveau fonctionne le mieux. Qu’est-ce que je dois faire ?  » Tout déplacement d’un blessé peut entraîner des complications graves, donc évitez autant que faire se peut de le bouger« . En même temps, si elle reste allongée comme ça au milieu de la route, je ne lui donne pas 5 min avant de se faire transformer en  crêpe par un 4×4 du 16ème. Et puis, un deuxième accident dans la soirée sur la même personne, ce serait fâcheux !

Par bonheur, mes pleutres d’amis, pelotonnés au fond de la voiture, finissent par sortir m’aider. Au même moment, le corps gisant se met à parler et à ouvrir les yeux. C’est magique ! Elle se lève, avec un peu d’aide, mais se lève, et va s’asseoir sous l’arrêt de bus. Soulagement général, elle est vivante et valide ! On lui parle, vérifie qu’elle ne soit pas devenue folle après un coup sur la tête, on lui demande si son cœur bat toujours, si ses pieds la portent encore, autant de questions idiotes qui nous ont rendu très sympathiques à ses yeux. Elle ne veut pas qu’on appelle les pompiers et nous proposerait presque une bonne mirabelle dans son salon !

Pour ma tranquillité d’esprit je préfère appeler le 18 et m’assurer que tout va vraiment bien. Rapidement, un camion pompier apparaît au bout de la rue, sirène tonitruante et gyrophare sorti, nul doute, Madame est sauvée ! Ils arrivent et chose étrange, me voyant paniquée, les pompiers me consolent tout autant que l’accidentée. A grands renforts d’excuses, ils appellent la police me précisant bien que c’est juste pour la procédure : je ne dois pas m’inquiéter, ce n’est définitivement pas moi qui suis en tort ! Deux minutes après la police arrive et même topo, je suis la victime ! Ma déposition finie, vous croyez quoi ? Que j’allais souffler dans le ballon ? Même pas ! Je vois le camion pompier partir à l’hôpital avec ma partenaire de voltige sans explications. L’inquiétude remonte et la police insiste de plus belle, ce n’est pas de ma faute mais celle du taxi ; taxi qui – soit dit en passant – a pris la poudre d’escampette depuis belle lurette! Puis, au moment d’analyser l’arme du crime, je m’entends dire: « C’est incroyable, votre voiture n’a rien. La dame a tout pris et a juste lustré l’avant droit de votre Mini Austin !« . Grande nouvelle, mon pot de yaourt est sacrément solide ! Quant à la vielle dame, elle s’en est sortie avec un bel hématome ; finalement elle était aussi coriace que ma petite voiture!


ASTUCES :

En cas d’aquaplaning la seule chose à faire est de relâcher l’accélérateur, ne surtout pas tourner le volant et attendre que les pneus reprennent de l’adhérence. Le réflexe à éradiquer coûte que coûte est de freiner ou accélérer afin d’éviter que l’eau s’accumule devant le pneu et accentue ou prolonge la perte de contrôle de la voiture. Contrairement aux idées reçues, l’accélération ne chasse pas l’eau qui se trouve sous les pneus. De même que tourner votre volant est inefficace voire dangereux : lorsque les pneus adhèreront à nouveau au sol, vous ne saurez plus dans quel sens ils seront. En outre, il ne faut surtout jamais activer le régulateur de vitesse quand il pleut, en cas d’aquaplaning la voiture se met à accélérer et vous partez comme un fusée ! Il est, d’ailleurs, impossible sur certaines voitures d’activer conjointement le régulateur de vitesse et les essuie-glaces. En outre, on trouve aujourd’hui de nombreuses voitures équipées de l’ESP qui permet de garder le contrôle du véhicule qu’il pleut, qu’il neige ou qu’il vente.

Deuxièmement, vérifiez régulièrement l’usure de vos pneus qui peuvent perdre avec le temps leur adhérence à la route et ce, particulièrement par temps de pluie. Des pneus trop lisses ne permettent plus à l’eau de se disperser et favorisent l’aquaplaning. Donc si vos pneus sont usés au point d’être déjà presque lisse, comprenez bien que vous êtes dramatiquement à l’ouest. La police peut d’ailleurs vous verbaliser à hauteur de 90 € et dans certains cas immobiliser votre véhicule. Commencez donc à être attentive à l’usure de vos pneus à partir de 25 000 km pour les changer, en moyenne, autour de 40 000 km selon votre voiture. Tous les pneus ont des témoins d’usure dans les rainures creuses : des petits bossages surélevés de 1.6mm entre les sculptures. L’usure ne doit jamais atteindre ces indicateurs et doit être régulière sur toute la surface. Plus simple encore sur les voitures modernes et haut de gamme, un témoin lumineux sur le tableau de bord signale le moment de remplacer vos pneus.

Et dernière petite précision, il est interdit de sortir d’un taxi côté route ! Si cette règle avait été respectée, rien de tout ce que je viens de vous raconter ne me serait arrivé!

Articles sur le même type de sujet

Ce contenu a été publié dans Mésaventures, Trucs et Astuces, avec comme mot(s)-clé(s) , , , , , , , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

9 réponses à Attention aux vieilles dames !

  1. CAT dit :

    Sacré histoire ! QUi a reprit le volant après ? Conduire une mini ça n’est pas donné à tout le monde mais après un choc pareil, vous avez pris le métro ?

    • Clemence dit :

      Bonjour CAT,
      je ne me laisse pas démontée si facilement, du coup c’est moi qui ai repris le volant !
      Cela dit, je n’étais vraiment pas très à l’aise !

  2. alix dit :

    en effet CAT, conduire une telle voiture est très difficile d’ou le fait que cette fameuse Alix a calé avant de pouvoir réussir à bouger la voiture.

  3. laurence dit :

    bravo pour ces articles ! Très bien écrits avec beaucoup d’humour ! Il faut continuer !

  4. de Maistre dit :

    merci pour les conseils astucieux qui suivent le ‘drame’. Et qu’est-ce que le ESP ?

  5. Christine dit :

    Voilà un style qui nous change de la Sécurité Routière et tutti quanti…. Bravo !
    C’est vrai, ça, qu’est-ce que l’ESP ?

  6. Clemence dit :

    L’ESP (Electronic Stability Program), également appelé ESC (Electronic Stability Control), est un élément de sécurité d’une voiture qui a pour but d’améliorer le contrôle de la trajectoire en agissant sur le système de freinage.

    En clair, lors d’un tournant pris à trop grande vitesse ou en cas d’aquaplanning, le véhicule peut perdre son équilibre. L’ESP va alors rétablir la stabilité de la voiture en ordonnant à une ou plusieurs roues de freiner, ou accélérer. La trajectoire est donc corrigée par un freinage ciblé sur la roue concernée.

    Toutes les voitures ne sont pas encore équipées de ce système : on le trouve davantage sur les gros véhicules.

  7. Laurence dit :

    Je vous félicite pour la rédaction et l’explication très claire (et alerte!) de cette aventure.
    Pire que les sens unique à double voie, il y a les piste cyclables à contre-sens d’une rue à sens unique. C’est notamment une spécialité grenobloise que je trouve bien dangereuse, pour toutes les « noix » au volant ou à pédale comme moi!

    • Clemence dit :

      Merci Laurence pour votre commentaire et pour votre super idée de sujet ! Effectivement les pistes cyclables à contre-sens d’une rue à sens unique sont excessivement dangereux, j’en parlerai sans faute dans un futur article.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *