Ne fais pas aux vélos ce que tu n’aimerais pas qu’on te fasse

Et pourquoi je ne vous parlerais pas de Bernardo ici ? Pour ceux qui ne le connaissent pas, Bernardo, c’est mon vélo. Mon amour à deux roues qui est toujours là quand j’ai besoin de faire des balades loin des gens.

IMG_Bernardo

Si globalement je circule beaucoup sur des petits chemins, loin des gens justement, je l’utilise aussi pour aller faire mes commissions, un peu comme un scooter où mes jambes seraient le moteur. Donc en vrai, mon petit vélo, il va partout, même dans les RER quand je veux pédaler dans les rues de la capitale.

Je ne vais pas revenir sur le plaisir de rouler pendant des kilomètres, c’est ma passion et j’adore découvrir la ville avec ce regard nouveau. Je vous l’assure, faites le test, descendez de votre voitures si vous êtes motorisés, descendez du trottoir si vous êtes un modeste piéton comme moi. BREF ! Enfourchez un vélo et partez à la conquête de la ville !

Bernardo

C’est justement dans mes phases de conquêtes citadines que j’ai pu réaliser que les automobilistes n’étaient pas tous des génies.

Si on peut les féliciter d’avoir réussi à obtenir le diplôme que je galère tant à avoir, leur mérite s’arrête certainement ici. Avant de me prendre le Syndicat des Automobilistes Qui ne Remettent Jamais en Question, le SAQRJQ, sachez que je ne vais pas parler de TOUS les automobilistes, comme dans tout, il y a des exceptions. Et les exceptions sont rares… Mais bon…

Bernardo

Après cette intro (un peu longue vous l’accorde) j’ai envie de vous parler de la cohabitation entre les vélos et les voitures sur le bitume.

Nous, cyclistes, avons très mauvaise presse auprès des gens qui souhaitent polluer la ville pour faire 1km. Nous ne respectons pas le code de la route, nous roulons n’importe comment, nous avons même l’impression que la ville nous appartient. Si on écoute les gens qui se croient hyper puissant au volant de leur Multipla, les cyclistes sont tous des connards. AHAHAH mais quelle violence !

Bernardo

Aujourd’hui, j’ai envie de rétablir une petite vérité, non, tous les cyclistes ne sont pas débiles et oui, parfois chers automobilistes, vous êtes un peu idiots et je vous déteste.

Quand ?

Pour vous aider et illustrer ce qu’on endure quotidiennement, je vais vous faire la listes de 10 commandements à ne pas faire subir aux deux roues :

  • Ouvrir sa portière sans voir qu’un vélo débarque
  • Serrer à droite quand vous roulez près des voitures garées
  • Stationner sur les voies de bus
  • Croire que les pistes cyclables sont des places de stationnement
  • Tourner sans regarder et ne pas voir qu’un pote de Bernardo est à votre droite
  • Klaxonner parce qu’on avance pas assez vite dans une rue qui fait 1m50 de large et donc on peut pas se rabattre (oui, la route est pour tous)
  • Ne pas remercier le cycliste qui se rabat pour vous laisser passer
  • Mater et être lourd quand il y a une fille sur un vélo
  • Penser que tous les cyclistes sont des connards
  • Croire que les routes sont réservées aux automobilistes

Pour ma part, je sais que je suis une grosse rageuse qui insulte facilement les gens quand je fais du vélo mais je ne mets pas la vie des autres en danger, je respecte le code de la route, enfin, de ce que j’en connais et j’essaie autant que faire ce peut de ne pas ennuyer les automobilistes. Eh oui, j’ai conscience que la route appartient à tout le monde.

Alors, s’il vous plait, quand vous êtes au volant de votre bolide, repensez à cet article et détendez-vous.

Articles sur le même type de sujet

Ce contenu a été publié dans Actu, avec comme mot(s)-clé(s) , , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *